Parentalité inspirante

Comment diminuer son stress de parent?

zen

Vous avez envie de passer plus de temps avec votre enfant et de profiter pleinement de lui sans stress? Toutefois, la vie quotidienne – entre la vie professionnelle et le vie de famille – vous semble semée d’embûches et vous n’arrivez pas à vous détendre. Il y a tellement à faire! Vous vous sentez tendu en permanence et vos pensées partent tout le temps vers les choses à faire, les problèmes à régler, etc.

Voici 8 conseils pour diminuer sensiblement votre stress parental:

1) Lâchez prise

Ayez une vision à long terme, globale et positive, plutôt que de tout prévoir dans le détail. Les enfants sont imprévisibles, ils ont leur rythme propre. Faire un plan détaillé n’a pas toujours de sens et peut générer pas mal de frustration des deux côtés.

Ayez plusieurs idées/plans! Je m’organise la veille ainsi: par exemple: si le petit est en forme demain, on va à la piscine. S’il tousse encore, on ira faire un tour dans les bois. Si il pleut ou s’il est fatigué, on fera des biscuits.

Si finalement il s’endort et on ne fait rien, c’est bien aussi. C’est qu’il en avait besoin et moi j’ai pris du temps pour moi. Quelque peu perfectionniste de nature, ce type de situation avait tendance à me frustrer. J’ai appris à lâcher prise sur le résultat de ce que j’entreprends. Si ça marche : tant mieux. Si ça ne marche pas, c’est ok aussi. Cette manière détendue d’accueillir ce qui arrive (et sur quoi je n’ai pas de prise) a contribué nettement à réduire mon stress à la maison (et au travail aussi d’ailleurs).

 

2) Arrêtez le multitâche

Nous avons tendance à penser que faire plusieurs choses à la fois est une marque de compétence. Nous (surtout les femmes) en sommes souvent fiers. Or, il a été démontré que faire du multitâche était en fait contre-productif et nous rend moins efficaces.

Les différentes tâches finissent par nous prendre au total plus de temps en raison des interruptions et la nécessité de s’y remettre à chaque fois. Cela nous fait perdre non seulement du temps, mais aussi de l’énergie. De plus, cette habitude est une grande source de stress: le cerveau est en effet sur-sollicité et “surchauffe”.

Il vaut donc vraiment faire une chose à la fois et le faire en pleine conscience, c’est-à-dire en y accordant notre pleine attention. Il vaut donc mieux repasser le linge après avoir aidé les enfants à faire les devoirs, que de faire les deux activités en même temps, tout en surveillant le repas en train de mijoter!

3) Laissez le numérique de côté

Dans le même ordre d’idée, n’essayez pas de regarder une vidéo, de commander un article en ligne ou de suivre les nouvelles à la télé, tout en essayant d’écouter le récit de la journée de votre fils à l’école.

Il m’arrive assez souvent de me mettre à consulter ou à faire quelque chose en ligne et que mon fils décide à ce moment-là qu’il veut mon attention (c’est d’ailleurs quasiment toujours le cas!). Il vaut alors vraiment mieux la lui donner! Si j’essaie de l’écouter d’une oreille et de faire quelque chose de l’autre main, au bout de quelques minutes, je me rends compte que je suis soudain complètement tendue, voire énervée, car je dois me couper en deux.

Globalement, mon mari et moi allons sur internet une fois que le petit dort. Même pendant la journée, lorsque je suis au travail, j’ai tendance à ne même pas sortir mon téléphone de mon sac, pour éviter de m’interrompre et de me laisser distraire. Effet collatéral: vous risquez récupérer pas mal de minutes sur une journée – mises côte à côte, peut-être même une heure 😉

 

4) Faites-vous plaisir

Sans rentrer dans les méandres des neurosciences, voici plus au moins le principe: stress = production de cortisol. Le plaisir = production d’ocytocine, qui a l’effet contraire du cortisol (dans les hormones du plaisir, il y a aussi la sérotonine, la dopamine et les endorphines, elles servent à d’autres sensations de bien-être).

En version très simplifiée, les “hormones négatives” ne peuvent pas coexister avec les “hormones positives”: ce qui est une super bonne nouvelle! Dès lors, “se faire du bien” permet de neutraliser le stress.

Alors faites-vous des câlins (des hugs comme disent les américains), serrez-vous dans les bras, prenez un bon bain relaxant, manger un carré de chocolat, faites une promenade au soleil couchant, lisez un bon livre, prenez un petit verre de rosé sur une terrace en été. Bref profitez des petits plaisirs de la vie!

bien-être

N’oubliez jamais, des parents heureux font des enfants heureux. Ils aiment nous voir bien, détendus et épanouis.

5) Soyez dans la gratitude

Cela tombe bien, la gratitude elle-aussi a un effet de neutralisation du stress: il semblerait qu’il soit impossible d’être dans la gratitude et dans le stress en même temps.

Célébrez tout ce qui est positif dans votre vie. Soyez reconnaissant pour les petits et les grands cadeaux de l’existence. Je suis souvent très fort émue lorsque je pense à la chance que j’ai d’avoir mon petit garçon, le fait de pouvoir le serrer dans mes bras tous les matins, de voir son grand sourire quand je viens le chercher à la crèche. Je ressens une vague de gratitude chaque fois qu’il me dit “maman” ( je précise qu’il vient juste de commencer à parler, lol).

6) Déléguez

La délégation est aussi un bel outil dans la gestion du stress!

Si vous avez de la famille à proximité, des voisins, des amis, n’hésitez pas à demander de l’aide. Quand vous êtes fatigué, que vous avez l’impression que vous n’avez plus le contrôle sur rien, il est grand temps de prendre un peu de temps pour soi, sans culpabiliser.

Il n’y a pas si longtemps, dans nos sociétés (et encore aujourd’hui en fonction des cultures et d’autres facteurs), la famille s’entendait d’office au sens large. Les grands-parents, les tantes, les oncles, vivaient souvent de façon plus proche et s’occupaient des enfants les uns des autres.

Aujourd’hui de plus en plus, nous vivons géographiquement plus éloignés des membres de la famille, les grands-parents travaillent souvent encore lorsque les enfants sont petits. Il est plus difficile de confier les enfants, d’autant qu’on a déjà l’impression souvent de ne pas les voir assez. Toutefois, il n’y a rien de mal à cela, et il ne faut pas hésiter à “faire appel à l’équipe” (si pas la famille, les amis, les babysitters ou autres°).

7) Pratiquez du sport

Sans grande surprise, pour lutter contre le stress, il y a la recommandation de la pratique du sport et de l’exercice physique.

En effet, à la base le cortisol (l’hormone du stress donc) est là pour nous avertir d’un danger et nous donne le signal de courir pour se mettre à l’abri. A l’époque où l’on chassait le mammouth, le cortisol était donc bien utile à notre survie.

Aujourd’hui, sous nos latitudes, les dangers qui nous font courir sont quand même rares. Or le cortisol est toujours produit. Pour l’éliminer de son corps, rien de tel que l’exercice physique pour “simuler” les fuites d’antant.

Pour être honnête, j’éprouve des difficultés à appliquer cette recommandation de base… Entre mon travail, le petit, (le blog ;)) et autre, il m’est vraiment difficile d’isoler un moment pour pratiquer du sport régulièrement. En revanche, comme nous avons un chien, je fais des promenades avec lui et le petit tous les jours: près de 40 minutes de marche. N’hésitez pas chacun à trouver des manières astucieuses et qui vous conviennent pour bouger tout en profitant de la famille. Toute activité physique (même prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur) est meilleure que pas d’activité physique du tout.

sport

8) Accordez-vous un moment de relaxation

Enfin, j’ai découvert récemment les vertus de la méditation et de la relaxation.

La méditation ne doit pas forcément se faire tel un moine du Tibet.

Faire volontairement attention à sa respiration est déjà de la méditation. S’asseoir sur un banc et écouter les oiseaux chanter aussi. Prendre une douche en prêtant attention aux sensations provoquées par l’eau chaude sur la peau, l’est également.

Trouvez-vous des petits moments où vous êtes pleinement conscients de vous-mêmes, de vos sensations, de ce qui se passe dans votre corps. Faire de la danse, écouter une musique inspirante remplissent également ce type de fonction. Les massages aussi 😉

Si mes conseils vous inspirent, n’hésitez pas à laisser vos impressions dans les commentaires.
Je vous dis à bientôt les artistes! 🙂

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

2 thoughts on “Comment diminuer son stress de parent?

  1. Bonjour,
    je suis responsable de la clef d’or (un lieu d’accueil enfants /parents ) à Suresnes.
    tout au long de l’année, nous proposons des conférences pédagogiques envers des familles. je souhaiterais savoir si vous menez des conférences. effectivement votre thème m’intéresse ( comment diminuer son stress de parents). ce thème répond actuellement aux besoins des familles.
    l’idée est de pouvoir mener une action vers le 17 mars 2018.
    dans l’attente de votre réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.