Parentalité inspirante

L’art de jouer avec son enfant

jeux, jouer

Jouer avec son enfant est toujours une bonne idée! Toutefois, entre la lessive qu’il faut pendre, la vaisselle qui traine dans l’évier et les enveloppes qui restent à ouvrir sur la table à l’entrée (et oui, je parle d’expérience), comment trouver du temps pour jouer avec son enfant? Pourquoi est-ce important (pour lui, comme pour nous)?

Quelles sont les vertus du jeu pour l’enfant?

L’enfant ne joue pas pour “passer le temps”. L’enfant joue pour apprendre, pour découvrir le monde, pour l’appréhender. Le jeu est un peu “son métier”. Il revêt une importance capitale dans son développement.
C’est aussi, son moyen privilégié d’expression, d’autant plus s’il n’est pas encore à même de s’exprimer verbalement.

Le jeu permet à l’enfant de se connecter à lui-même et aux autres (enfant comme adultes).

Qu’est ce que j’entends par “jouer” pour un adulte?

Lorsque je parle de jouer avec son enfant, j’entends jouer en y prenant plaisir: si on ne joue pas pour le plaisir, ce n’est plus du jeu – c’est une corvée. Bref, s’amuser pour de vrai!

De plus, il est très important de le faire en pleine conscience. Faire quelque chose en pleine conscience signifie qu’on accorde à cette chose sa pleine attention, on ne se laisse pas distraire par des pensées (“il faut pendre le linge, après quoi je dois encore envoyer un email à mon chef, puis…”), ni par des choses externes (essentiellement, le téléphone, la télé, etc.). Lorsque l’on fait les choses en pleine conscience, le temps ralentit comme par magie; l’action est beaucoup plus reposante (car le multitâche est en fait épuisant pour le cerveau). On profite réellement du moment présent.

Jouer, c’est se déconnecter de son monde d’adulte l’espace d’un instant, oublier ses responsabilités et les innombrables tâches qui n’en finissent jamais, pour retrouver des sensations et des émotions d’ailleurs, qui remontent à notre propre enfance. Qui n’a jamais expérimenté l’effet de la “madeleine de Proust”, grâce à une odeur, un goût? Le même type de sensation peut revenir en jouant.

Réminiscence?

Quels étaient vos jeux préférés enfant? Aimiez-vous construire des legos, jouer avec des la pâte à modeler ou dessiner/colorier ? Pourquoi aimiez-vous cela? Parce que c’était relaxant, créatif? Quelles étaient les sensations agréables qui y était associées?

Pourquoi ne pas s’asseoir par terre (ou sur une chaise, ça marche aussi) avec son enfant et lui transmettre ce goût, tout en revivant un petit flashback, qui nous fait du bien, une fenêtre hors du temps et du stress?

Il y a t-il des jeux auxquels vous auriez aimé jouer dans votre enfance, mais ce n’était pas possible (vos parents n’étaient pas d’accord, n’avaient pas les moyens, le jeu n’existait pas encore, etc.): allez-y, c’est l’occasion de régresser … pour le plaisir des petits et des grands!

Pensez-vous à des activités (genre Montessori ou autres) que vous avez vues dans un magazine, un livre ou sur le net où on se dit “cool, je voudrais faire ça avec les enfants!” mais sans jamais avoir eu (pris) l’occasion de le faire? Alors go go, action!, c’est le bon moment! (vous verrez dans mes articles, avec moi c’est toujours le bon moment).

Oui, mais…

Vous vous dites peut-être à ce stade: “Oui bon, ça marche peut-être pour les autres, mais pas pour moi”.
Et si je vous invitais à l’essayer? Maintenant. Cela ne coûte rien et l’apport bénéfique est vraiment important dans la relation parent-enfant.

Tout en jouant, essayez de prendre conscience des émotions qui vous traversent. Observez le visage de votre petit bout pendant qu’il se concentre sur sur tâche, et imprégnez-vous de ce moment spécial, qui se déroule ici et maintenant et ne se reproduira jamais plus à l’identique.

Ce n’est pas forcément facile au premier abord, mais en le faisant au moins de temps en temps, c’est une activité qu’on apprend à faire pour ce qu’elle est et qui peut représenter un outil très intéressant de la parentalité positive. Comme toujours, il n’y a pas d’obligation, l’objectif est de trouver du plaisir à ce qu’on fait et à partager ce plaisir en famille.

Moi je maintiens: “essayer c’est l’adopter”! Cela demande d’y mettre l’intention et un peu de pratique. Au début, on se sent un “peu forcé” et “pas naturel”, c’est normal. D’autant plus, que l’on a toujours quelque chose de plus important à faire. Ou pas? Car qu’il y a-t-il de plus important que d’aider son enfant à grandir?

L’idée est de persister un peu pour voir si le mélange des couleurs opère. Faites une petite place dans votre agenda! Pourquoi pas commencer une fois par semaine? Lors des après-midi pluvieux?

Le bénéfice pour mon enfant dans tout ça?

J’en arrive au deuxième volet: et notre enfant dans tout ça?

S’il est petit, et bien il va adorer! S’il est un peu plus âgé et que vous n’avez plus vraiment joué avec lui depuis longtemps, il va faire celui que cela n’intéresse pas. Il ne faut surtout pas le forcer. Laissez le choisir le jeu et la façon dont il souhaite partager au début. Plus tard, vous pouvez lui proposer certains jeux, notamment ceux qui vous tenaient à coeur enfant. N’hésitez pas à lui expliquer pourquoi vous aimiez autant ce jeu, il adorera s’identifier et se relier à vous. Beaux moments de partages en perspective garantis!

Comme on l’a déjà vu plus haut, les enfants apprennent par le jeu. C’est aussi leur moyen de communication et de connexion privilégié. Jouer avec lui vous reconnectera à un tout autre niveau. Vous deviendrez pour lui (du moins l’espace d’un instant) son ami et son complice, et non pas l’autorité et les règles que vous incarnez. Cela renforcera son respect et sa volonté de vous écouter le moment venu.

Si vous voulez bien vous mettre à sa place (ce que vous faites en vous mettant à son niveau en jouant avec lui), il acceptera (dans la mesure que lui permet son cerveau) de se mettre à la vôtre quand vous lui demandez/expliquez quelque chose de “votre monde” et il aura plus de facilités à obéir.

Jouer avec son enfant c’est rentrer un peu dans sa bulle, c’est connecter deux univers qui ont parfois du mal à se rencontrer dans notre vie animée de tous les jours. Lui n’est pas forcément en mesure de faire le pas, de s’élever à notre niveau, surtout s’il est petit.

Je vous invite et vous challenge à faire ce pas vers lui, tout en vous amusant aussi. Offrez-vous un peu de cette paix et insouciance liée à l’enfance. Faites-le dès que vous êtes avec lui la prochaine fois, pendant 15 minutes (ou plus si affinités) et partagez votre ressenti et le sien dans les commentaires.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages

1 thought on “L’art de jouer avec son enfant

  1. Bonjour Anne-Marie,
    C’est vrai c’est top de pouvoir jouer avec son enfant !
    Pour les petits jusque 5 ans, j’ai particulièrement aimé les jeux coopératifs de la marque HABA.
    Je dois dire que même en jouant régulièrement avec fiston, il est quand même devenu mauvais joueur entre ses 5 et ses 6 ans… c’est un peu moins agréable de jouer en ce moment. C’est peut-être de famille car son papy et son tonton sont comme ça en étant adultes ;’-)
    Mais j’espère que c’est juste une période à passer !
    En tout cas, je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est excellent de jouer, ça nous offre de bons moments de complicité avec nos ptits bouts. Des vrais moments de joie avec les jeux coopératifs.
    A bientôt !
    Milie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.