Parentalité inspirante

Le maître est l’enfant

Montessori

Si vous êtes abondonné à quelques sites sur la parentalité, vous avez déjà certainement lu ce titre quelque part: Le maître est l’enfant.

Il s’agit d’un film documentaire sorti en septembre 2017. Il a créé un certain buzz, puisque c’est le premier documentaire sur la pédagogie Montessori jamais réalisé. N’hésitez pas à visiter le site du film pour en savoir plus sur le réalisateur et la production.

Montessori, vous connaissez?

Je veux dire: vous connaissez vraiment?
C’est vrai quand on y pense: tout le monde parle de la pédagogie Montessori, mais qui sait vraiment de quoi il s’agit dans la pratique? D’expérience, je peux vous dire que mêmes les éducateurs n’en n’ont pas forcément une idée très précise.

On y associe souvent une grande liberté de l’enfant. Voire une idée de laisser-faire, qui risque de déboucher dangereusement sur un laxisme chaotique.

Mais qu’en est-il vraiment? Et qui était Maria Montessori? Pourquoi est-ce que sa pédagogie est d’actualité?

La revue du film

Lorsque j’ai appris que le film serait diffusé chez nous, je n’ai pas hésité à bloquer ma soirée avec mon mari. Petite sortie éducative en amoureux 🙂 Ca bosse dur chez nous, même le samedi soir! Toujours prêts à trouver des pépites éducatives pour notre fils et mes chers lecteurs 😉

Alors mes impressions?

Le film est vraiment un documentaire, il n’y a donc pas réellement d’histoire à suivre. La première scène s’ouvre sur un adorable bébé, la fillette du réalisateur, Alexandre Mourot. Il nous explique ce qui l’a amené à réaliser le film.

Nous nous retrouvons ensuite dans une classe, dans le nord de la France. Il y a 28 élèves, de trois à six ans. Tous les âges sont mélangés dans le groupe. Règne une atmosphère de travail, pas un silence, mais un calme étonnant vu le nombre d’enfants présents.

Attention à la “contre-façon”

Alexandre Mourot explique qu’il s’est intéressé à la pédagogie Montessori et a parcouru toute la France à la découverte d’une classe qui suit les préceptes de Maria Montessori au plus proche. J’ai trouvé intéressant que la question ait effectivement été creusée dans ce sens.

En effet, comme il y a un certain phénomène de mode et que le nom n’est pas protégé (il n’y a pas de marque Montessori), tous les établissements se réclamant de Montessori ne reflètent pas toujours la pédagogie Montessori telle qu’elle est proposée par sa fondatrice.

>>> La première chose que j’ai donc apprise est donc attention, il y Montessori et Montessori. Vérifiez bien lorsque vous inscrivez votre enfant dans une école ou une garderie dite Montessori si les principes sont bien suivis où si c’est juste du branding. Vous trouverez quelques pistes pour ce faire, dans la suite de l’article.

Le matériel Montessori

On entend également souvent parler du matériel Montessori, assez coûteux par ailleurs.
Dans le film, on découvre effectivement toute une panoplie d’objets, qui en tant qu’adultes non initiés, peuvent nous sembler impénétrables. La classe est bien rangée, chaque chose a sa place. L’objectif est que tout soit joli et soigné et donne envie aux enfants. Ambiance plutôt minimaliste et désencombrée.

J’ai trouvé très intéressant de voir les enfants en action, en train de se servir de ce matériel. Ils sont très soigneux et sérieux dans leur manipulation.

Le maître est l'enfantLe maître est l'enfantle maître est l'enfantLe maître est l'enfant

Il est également très intéressant de voir qu’une partie de ce matériel peut être reproduit à la maison. Par exemple, les enfants s’amusent à transvaser de l’eau d’un verre à un autre, ou encore à couper les tiges des fleurs, à allumer une bougie avec de vraies allumettes, à découper leur pomme, etc. Ce qui est étonnant, c’est qu’il s’agit d’un vrai sécateur, de verres en verre cassable, de couteaux coupants, etc. Ils apprennent à faire attention car ils savent qu’il y a un danger et un risque. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire: ils ne se blessent pas!

Le maître est l'enfant

>>> Le fait qu’une structure possède du matériel Montessori ne suffit pas pour dire qu’elle en suit également les principes! Le matériel est nécessaire pour permettre aux enfants de faire des découvertes sensorielles. Mais encore faut-il que l’éducateur puisse présenter ce matériel comme et quand il faut aux enfants pour qu’il produise l’effet escompté.

Le cadre

Ce qui m’a probablement le plus surprise, c’est l’ordre et le respect des règles qui règnent dans ce groupe.
On est très loin de l’anarchie et des enfants qui font ce qu’ils veulent!

En fait, les enfants font ce qu’ils choisissent d’effectuer mais dans un cadre que j’ai trouvé fort strict voire même un peu rigide. Par exemple, on ne dit pas qu’ils jouent, mais qu’ils travaillent. Aussi, lorsqu’ils choisissent de faire un travail, ils doivent le faire “comme il faut”, selon certaines règles et pas n’importe comment. En outre, quand ils ont terminé, ils remettent directement l’objet à sa place bien précise.

Ce cadre qui est posé de manière très claire et stricte a l’air de convenir parfaitement aux enfants. Ils évoluent avec aisance et paisibilité dans cet environnement très riche.

>>> Ce que je retiens: le titre du film ne veut pas dire “l’enfant est le maître”. Loin de là – rien à voir avec l’idée que “Montessori = enfant-roi”, en tout cas pas dans le concept original.

Le rôle de l’éducateur

L’éducateur a réellement un rôle d’observateur et d’accompagnateur, plutôt que de maître (puisque l’enfant est son propre maître).

Il n n’oblige jamais un enfant à faire quelque chose. Soit ce dernier choisit son activité, soit il manifeste son intérêt pour une nouvelle et l’éducateur lui montre comment elle marche. Il peut ensuite choisir d’essayer ou remettre cela à plus tard s’il ne se sent pas prêt.

L’un de autres principes est de ne pas interrompre l’enfant dans ce qu’il fait. Ni le corriger. Ni le féliciter. Le matériel est conçu de tel manière à ne fonctionner que d’une seule façon. Si ça marche, l’enfant sait qu’il a réussi. Si ça ne marche pas, il sait qu’il doit recommencer. Mais il n’y a personne pour lui dire que c’est mal ou bien. Il apprend seul, et pour lui-même. Sa soif de réussir suffit à le mouvoir. Cela lui donnera de la confiance en lui et il n’aura pas besoin de la reconnaissance des autres pour se sentir accompli.

>>> La position en retrait de l’éducateur est une approche que les parents peuvent adopter dans le quotidien aussi. Donner la possibilité aux enfants d’expérimenter, mais aussi de se tromper et de se corriger tout seul.

La lecture et l’écriture

Dans la classe, les enfants utilisent un matériel spécial pour apprendre la lecture et l’écriture.

La technique est très kinétique et sensorielle (les enfants utilisent par exemple des plaquettes en bois où figure les lettres en trois dimensions – ils suivent sa forme avec leurs doigts). Cela leur permet de mieux retenir les choses, car la lettre ne s’inscrit pas que dans leur esprit, mais aussi dans leur corps.

Le maître est l'enfant

Les enfants ont une “phase” où ils se mettent à s’intéresser aux lettres. Si on les intitie à la lecture et à l’éxcriture dans cette “phase”, ils apprennent beaucoup mieux et plus vite que dans les circonstances normales. Or cette phase intervient autour des quatres ans, soit bien avant l’entrée des enfants à l’école primaire! Une fois ce stade dépassé, l’apprentissage est beaucoup plus difficile pour eux.

Dans le film, on voit donc des enfants d’à peine quatre ans capables de lire… Suprenant!
>>> Il importe d’observer ses enfants pour ne pas râter ce stade de leur développement qui est essentiel.

Le calcul

L’apprentissage du calcul suit exactement le même principe que celui de la lecture. L’éducateur observe le bon moment pour initier l’enfant, quand il commence à s’y intéresser. Et tout comme pour celui des lettres, l’apprentissage des chiffres revêt une forme ludique.

A nouveau, les résultats sont bluffants.

La méditation

Les bienfaits de la méditation sur le bonheur et la concentration sont connus depuis longtemps et ont récemment été scientifiquement démontrés.

Dans le film, on assiste à une séance de méditation des enfants. Certains sont intéressés, d’autres non. À nouveau, il n’y a aucune obligation. On peut voir ceux qui font l’exercice se détendre, bâiller, etc. Je pense qu’il s’agit d’une très bon outil pour aider les enfants à gérer leurs émotions et à se calmer.

>>> Pourquoi ne pas essayer à la maison? Vous pouvez facilement trouver des vidéos gratuites, comme par exemple la méditation de la petite grenouille

 

Un film à voir

En conclusion, “Le maître est l’enfant” est un film que je vous encourage vivement à aller voir.

Qu’on souscrive ou non à cette pédagogie, il y a beaucoup d’enseignements à tirer de ce documentaire, où l’enfant est vraiment mis au centre.

Aussi, le fait de voir l’application pratique de cette approche permet de se faire une idée bien plus précise que des discours plus théoriques.

Si vous êtes intéressés à mettre votre enfant dans une structure qui se dit Montessori, le film vous donnera une bonne idée vers quoi cette structure devrait tendre. Je pense que c’est une bonne piste pour aider les parents à faire leur choix. Dans tous les cas, n’hésitez jamais à questionner les éducateurs, interrogez-les sur leur approche, leur manière d’appréhender telle ou telle situation. Et écoutez ce que vous dit votre feeling.

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager. Prenez soin de vous les artistes!

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.